landes
un journal photographique (II) / extraits







Je me souviens du no man’s land
d’une saison sans nom,
dans cet écoulement du temps
propre aux longues maladies.

Au milieu de l’été on t’accorda un répit.

La balise des images fut et demeure
le travail suffisamment acceptable
pour transformer l’épreuve
en un travail mental
de reconnaissance de soi
et de soi
à l’autre.
gabarit_03
Accueil Galeries Biographie Expositions Livres / Portefolios Tirages Fine Art Liens Contact